Quand la préservation de l’environnement passe aussi par l’égalité dans les ménages

Enda Graf Sahel, Sénégal

Photo © Le Monde selon les femmes

Concilier l’approche genre avec celle des conséquences du changement climatique rend visible le rôle incontournable des femmes.

Les enjeux environnementaux, dans le secteur de l’agriculture et de la pêche, touchent les femmes de manière spécifique. Il est donc nécessaire de répondre à leurs besoins pratiques tout en permettant aux acteurs et actrices de mieux comprendre les enjeux liés à la gestion des ressources naturelles.

Le Delta du Saloum, joyau du Sénégal, est devenu la cible de nombreux investisseurs depuis la découverte d’importants gisements de pétrole, mettant en péril l’exploitation d’autres ressources naturelles telles que le poisson et les crustacés. Les effets du changement climatique, mais aussi les conséquences d’une coupe abusive des forêts et des mangroves, sont des facteurs qui fragilisent ces écosystèmes.

Dans ce contexte, les femmes ont un rôle essentiel à jouer non seulement dans la récolte, la transformation et la commercialisation des produits de la mer, mais aussi dans la préservation et la replantation des mangroves. Ainsi, le reboisement et l’ensemencement, pratiques indispensables pour pallier les catastrophes environnementales actuelles, garantissent à la fois un revenu pour les familles et la préservation et le soin de l’environnement (care environnemental).

La surcharge de travail des femmes, un obstacle pour entrer dans les instances de décisions.

La dégradation de l’environnement ne fait qu’augmenter les tâches quotidiennes et les rôles des femmes au sein des familles, de la communauté et dans leur travail agricole. Il en découle une surcharge de travail qui les empêche de s’impliquer davantage dans les différentes instances de prise de décision.

Enda Graf Sahel s’est déplacé dans 4 villages du Delta du Saloum pour y réaliser une enquête auprès d’une centaine de ménages. L’étude, fondée sur le « budget temps » des femmes et des hommes,  indique que la charge de travail des femmes est nettement supérieure à celle des hommes. En effet, bien que les hommes participent à certaines tâches ménagères dites « extérieures » (aller chercher l’eau, le bois ou s’occuper des ordures ménagères), ils restent réticents quand il s’agit d’activités telles que le linge, la vaisselle ou la cuisine.

Cependant, cette étude a permis une « prise de conscience » chez les hommes. Les activités qui ont suivi l’étude, telles que des clubs et forums de discussions entre hommes, ont permis de questionner la masculinité dite traditionnelle pour aborder une masculinité « co-responsable » au sein des foyers.

Même si des barrières socio-culturelles subsistent comme freins à la participation co-responsable, des hommes se sont engagés à y contribuer de plusieurs façons : en participant davantage aux tâches du ménage, mais également en devenant les porte-paroles d’une vision plus égalitaire de la répartition des tâches domestiques.

Il est donc nécessaire de déconstruire la masculinité hégémonique et de repenser des modèles alternatifs à partir du care. Cette notion étroite de la masculinité n’affecte pas seulement les hommes eux-mêmes mais aussi les femmes de certains foyers qui sont réticentes à associer des hommes aux tâches domestiques. Ainsi des hommes « modèles » sont désignés lors de rencontres inter-villages pour être des porte-voix d’une masculinité co-responsable et plus égalitaire.

La co-responsabilité au sein de la famille a non seulement un impact déterminant sur l’équilibre au sein des communautés mais est aussi un facteur-clef qui contribue à la préservation de l’environnement.

L’implication des hommes dans les tâches reproductives permet de libérer du temps pour que les femmes s’impliquent dans les espaces de décision. De même, la coresponsabilité est un levier pour  s’investir davantage, femmes et hommes, dans la préservation des ressources du Delta du Saloum, dans une perspective de préservation de la Nature. La coresponsabilité au sein de la famille a non seulement un impact déterminant sur l’équilibre au sein des communautés mais est aussi un facteur-clef qui contribue à la préservation de l’environnement.

Site web: http://endagrafsahel.org/

Twitter : @ComSahel

Facebook : Enda Graf Sahel

 

Plus d'articles

L’écoféminisme pour une terre qui tourne rond

Violences faites aux femmes et confinement, des mesures concrètes dès maintenant !

Le Monde selon les femmes tourne au ralenti mais reste solidaire

La place des femmes dans le slam

Nous demandons la tenue des Assises des droits des femmes dans tous les parlements

Parce que le choix de la jeunesse compte

Quand le réseau fait la force : l’Union des femmes paysannes congolaises

Savez-vous planter des choux, à la mode de Diouroup ?

Quand la préservation de l’environnement passe aussi par l’égalité dans les ménages

L’égalité, ça compte !

Regards croisés

Ensemble, plus fortes