Attaque d’un événement féministe : l’espace numérique est un espace public

Communiqué de presse du 8 mars 2022

Photo © Lucie Appart pour Le Monde selon les femmes

Le 7 mars 2022, l’ONG Le Monde selon les femmes, en collaboration avec le Collectif des femmes de Louvain la Neuve, présentait sa dernière publication sur l’écoféminisme « Polyphonie écoféministe : entre terres et mèr·es ». L’événement s’est déroulé à la fois en présentiel et via zoom et comptait 50 participant·e·s. Il a dû être interrompu à la suite d’un zoombombing visiblement dû à des personnes très opposées aux mouvements et revendications féministes – communément appelées masculinistes.

Les intrus interrompaient notre panel d’invitées en criant des menaces, des insultes, notamment des « sales putes », ou des paroles inintelligibles, les empêchant de réaliser leur présentation. Lorsqu’une intervenante a parlé du droit à l’accès à l’avortement en Amérique latine, les « hackeurs » l’interrompaient avec des « est-ce que c’est vrai que vous tuez des bébés ? ». Finalement, les organisatrices ont dû couper le lien de la vidéo-conférence après la prise de contrôle de l’écran partagé par les « hackeurs » et la diffusion d’images pornographiques violentes.

Ce n’est pas la première fois que le Monde selon les femmes se retrouve face à ce genre d’agression. En novembre 2021, un évènement en ligne qui réunissait une militante brésilienne et un militant congolais, tous deux féministes, avaient déjà fait l’objet d’une attaque similaire.

Sophie Charlier chargée de mission au Monde selon les femmes, encore secouée réagit : « notre publication parle de l’intersection entre les luttes féministes et environnementales. Elle est née d’une recherche croisée entre des expériences de femmes en France, Belgique, Bolivie, Mexique, Brésil, Equateur et Sénégal pour préserver leur habitat et revendiquer leurs droits. L’écoféminisme est un mouvement pacifique, qui a pour boussole la justice sociale et environnementale. Ce genre d’attaques nous surprennent tant elles sont en décalage avec notre message. Mais, en ce jour du 8 mars, elles nous rappellent aussi que notre travail est toujours nécessaire et nos revendications plus que jamais d’actualité ».

Agnès Bertrand Sanz, coordinatrice du Monde selon les femmes, rajoute : « le cyber-espace, c’est un espace public où les femmes et particulièrement les féministes sont agressées, et cela commence petit à petit à être reconnu. Mais nous sommes bien conscientes que cela est sans commune mesure avec ce que vivent les militantes environnementalistes et féministes dans certains pays d’Amérique latine, où elles sont assassinées ».

Plus d'articles

Déclaration des féminismes au Forum Social Mondial 2022

K’Fem | L’odyssée de la marquise de Montpeyroux

28/05 > 28/05

Festival Polyphonies Écoféministes | Programme et billetterie

23/05 > 17/06

En ligne | Le b.a.-ba du genre

K’Fem d’avril | Atelier de céramique féministe

K’Fem | Un beau programme pour le printemps !

Geneviève Ryckmans nous a quitté·e·s : nous lui rendons hommage

Attaque d’un événement féministe : l’espace numérique est un espace public

Festival polyphonies écoféministes : appel à contributions

Lien entre genre et perception émotionnelle des violences chez les 16-18 ans

24/04 > 15/09

FORFOR 2023 | Formation pour les formateur‧ices‧s en genre

Sortie du Focus Polyphonie écoféministe : entre terres et mè·re·s