Confinons la finance et l’austérité !

Lettre ouverte

Photo © Letizia Finizio pour Le Monde selon les femmes

Nous sommes signataires de cette lettre ouverte lancée à l’initiative du Réseau européen contre la Privatisation et la Commercialisation de la Santé et de la Protection Sociale et du People’s Health Movement.

Le Réseau européen contre la commercialisation et la privatisation de la santé et de la protection sociale et le People’s Health Movement, se félicitent de la convergence de 160 organisations à travers l’Europe à l’occasion de la journée de lutte contre la commercialisation de la santé du 7 avril sur le mot d’ordre « Propageons la solidarité pas le virus ».

Des centaines d’expressions individuelles et collectives à travers l’Europe ont mis en évidence, malgré le confinement, l’attachement de la population à un système de santé public ou non lucratif au service des populations.

Accéder à la carte interactive de l’action du 7 avril

Au-delà ont été exprimées par la population comme par les professionnel.le.s de santé et d’action sociale :

1. Les exigences immédiates de moyens humains et matériels pour lutter contre la pandémie et protéger la santé des populations à l’avenir : recrutement et formation de personnel de santé, dotation urgente et gestion de stocks de matériels nécessaires pour faire face aux situations de crise.

2. Le rejet des politiques d’austérité et de la marchandisation croissante, qui ont conduit au démantèlement systématique des systèmes de santé publique en Europe, aux carences en personnel qualifié pour la santé, les maisons de retraites et le secteur social.

3. La nécessité de développer et de produire des traitements et du matériel de protection dans l’intérêt de la santé publique, et non pour favoriser les profits de l’industrie. Des médicaments, du matériel de protection et des vaccins efficaces et sûrs pour la prévention et le traitement du Covid-19 doivent être mis gratuitement à la disposition des personnes, quel que soit leur lieu de résidence, sans frais supplémentaires, et payé par les systèmes nationaux de santé à des prix équitables.

Une fois la pandémie terminée, la lutte pour “la santé pour tou.te.s” se poursuivra. L’idée de la santé pour tou.te.s englobe non seulement une vision de soins de santé complets accessibles à tou.te.s de manière égale, mais aussi l’idée d’un monde fondé sur l’harmonie, l’équité et la solidarité. C’est pourquoi nous rejetons en bloc le modèle économique actuel de l’Union européenne qui repose sur l’austérité et non la solidarité.

Nous exigeons une réorientation radicale des fonds publics en faveur de la satisfaction des droits fondamentaux de la population que sont l’emploi, le salaire décent, le logement, l’éducation, l’énergie, l’alimentation et l’eau.

Pour y parvenir, confinons la finance. Nous devons nous éloigner des politiques fiscales brutales telles que celles que nous avons connues lors de la crise précédente. Les 750 milliards d’euros de la Banque Centrale Européenne (BCE) ne doivent pas être utilisés pour alimenter les marchés financiers mais pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations, axées sur la protection et l’amélioration du bien-être physique, mental et social de tou.te.s. L’évasion fiscale doit être combattue et lourdement sanctionnée.

Au lieu de systèmes sociaux asservis à la logique du marché et à une concurrence incontrôlée, nous devons mener une transition vers un monde socialement juste et écologiquement responsable. La détermination des besoins et l’organisation des systèmes de soins doit être sous contrôle démocratique direct de comités citoyens, coordonnés à tous les échelons de la société.

C’est pourquoi nous demandons instamment aux États européens d’adopter une stratégie plus soutenue pour négocier les prix des médicaments, matériels médicaux et des vaccins. Si l’industrie pharmaceutique persiste à fixer des prix indûment élevés, les droits de brevet doivent être révoqués. De même, l’état des stocks et de la production de médicaments et de matériels médicaux doivent être sous le contrôle des pouvoirs publics, en cas de rupture de fabrication ou de fourniture les brevets doivent être révoqués. De plus, nous demandons l’allocation des fonds nécessaires à la recherche pharmacologique publique et indépendante. Il est important dans un avenir proche de mettre en place une stratégie pour aller vers un espace public européen coordonné et socialisé de recherche et de production de nouveaux médicaments.

Enfin, nous devons soutenir et assurer le succès de la mobilisation des travailleurs de la santé et des autres travailleurs essentiels qui, au cours des derniers mois, ont travaillé sans relâche pour protéger notre santé et notre vie face à une protection personnelle insuffisante et, très souvent, à des horaires de travail inhumains.

C’est pourquoi le Réseau européen, People’s Health Movement et les autres signataires de ce communiqué, appellent d’ores et déjà à la réalisation de convergences locales, nationales et internationales pour construire « le jour d’après » au travers de plateformes les plus unitaires possibles, de revendications communes qui rompent avec les recettes libérales du passé.

Nous proposons à l’ensemble du mouvement social de fixer une date en front commun au courant du mois de septembre 2020 comme première initiative internationale d’expression revendicative.

Luttons ensemble pour un système de santé public universel fort, capable de faire face aux crises sanitaires d’aujourd’hui et de demain.

La liste complète des signataires est disponible ici.

Plus d'articles

30/06 > 30/06

EN LIGNE | L’EVRAS féministe, c’est quoi ?

16/06 > 16/06

EN LIGNE | Les utopies écoféministes pour faire tourner le monde

16/06 > 16/06

EN LIGNE | Confinement et violences basées sur le genre

Confinons la finance et l’austérité !

Covid-19 | Pour un vaccin disponible rapidement et pour tou·te·s, y compris dans les pays pauvres.

L’urgence est absolue pour les droits des femmes ! 

09/06 > 09/06

EN LIGNE | L’EVRAS féministe, c’est quoi ?

23/06 > 23/06

EN LIGNE | Pour une éducation non sexiste et égalitaire

Masculinités toxiques ? Ekoki : « Assez » en Lingala

L’écoféminisme pour une terre qui tourne rond

Violences faites aux femmes et confinement, des mesures concrètes dès maintenant !

Le Monde selon les femmes tourne au ralenti mais reste solidaire