La société civile interpelle et questionne la note de politique générale Asile et Migration

27 octobre 2017
Photo © Lucie Appart pour Le Monde selon les femmes

Remarques critiques et questions prioritaires de la société civile

Le 25 octobre 2017, la Chambre a publié la Note de politique générale du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration. La Note de politique sera bientôt discutée par la Commission de l’Intérieur. À l’occasion de cette discussion, les associations non gouvernementales signataires, après une analyse approfondie de la note, ont fait part de leurs préoccupations et de leurs questions. Elles proposent une critique thématique, en suivant l’ordre de la note. Par ailleurs, elles rappellent quatre points importants qui font défaut à la note :

■ la question d’une meilleur protection légale pour les apatrides;

■ la recherche de solutions pour « pour le groupe très limité de personnes qui, indépendamment de leur volonté et même s’ils le veulent, ne
peuvent retourner vers leur pays d’origine »;

■ les alternatives à la détention;

■ le logement pour réfugié·e·s reconnu·e·s.

Découvrez le document

Signataires :

Le Monde selon les femmes, Centre Avec, CIRÉ asbl, CNCD-11.11.11, 11.11.11, Netwerk Tegen Armoede, ORBIT, MOC, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Beweging vzwLigue des Droits HumainsLiga voor MensenrechtenSamenlevingsopbouwOR.C.AJesuit Refugee ServiceABVV-FGTBMinderhedenforumCSCWSMAmnesty International

Plus d'articles

La programmation 2022 du K’Fem est détonnante !

RDC | Meryame Kitir rencontre l’ANPC

15/06 > 15/06

Care & militance (3)

17/05 > 17/05

Care & militance (2)

27/04 > 27/04

Care & militance (1)

18/11 > 20/11

Camp jeunes féministes

La Ministre Meryame Kitir s’engage au côté des organisations de la RDC

L’année du K’Fem en quelques chiffres

19/02 > 19/02

Atelier création et impression de slogans féministes sur tissu (2)

07/12 > 09/12

Développer son empowerment – Leadership au féminin

22/11 > 23/11

Violences sexuelles

19/10 > 20/10

(Dé)construire les masculinités d’aujourd’hui